Comprendre l'aikido

L'Aïkido, une discipline de défense

L'aikido consiste à mettre en oeuvre une riposte proportionnée à une attaque, en utilisant la puissance de l'adversaire pour l'amener au déséquilibre et le mettre hors de portée de nuire. En utilisant des techniques d'immobilisation, de projection et de désarmement, les techniques d'Aïkido n'opposent pas la force à la force. 

La mise en oeuvre d'une technique d'aïkido repose sur les principes suivants :

L'absorption : qui consiste à modifier la cible ou la trajectoire de l'attaque au moment où l'énergie de l'attaquant se libère pour se l'approprier l'attaque au lieu de la subir.


L'entrée : c'est esquiver et  prendre la place de l'attaquant en utilisant des techniques de pivot, de déplacement ou de contre-attaque.


Le déséquilibre :
en utilisant l'énergie déployée par l'attaquant, diriger et amplifier son mouvement l'ammener au déséquilibre (créer le le vide)


L'immobilisation ou la projection : à l'aide d'une clef niveau du bras ou du poignet successive au déséquilibre crée préalablement.

katana

En Aikido, il n'y a pas de combat puisque celui ci se termine au moment même où il commence.


Les formes de travail

Les mouvements sont exécutés à mains nues par Tori face à un attaquant, Uke, qui au final est celui qui subit. Dans le cas d'un randori, Tori doit affronter plusieurs partenaires.
- en Tachiwaza : Uke et Tori sont debout
- en Suwari Waza : Uke et Tori sont à genoux
- en Hammi Handachi Waza  : Tori est à genoux et Uke est debout
Le travail à genoux tient à l'origine même de l'Aikido, qui nous vient du Japon.
Les Japonais vivaient beaucoup assis à même le sol. Ils ont donc développé des techniques pour pouvoir faire face à une attaque alors qu'ils étaient assis.


On retrouve les mêmes techniques en Tanto Dori, sur des attaques avec un couteau (tanto), ainsi qu'en Jo Dori où l'attaquant est armé d'un bâton (ljo) ou d'un sabre (bokken)